Pangandaran – Ile de Java – Indonésie

Après la campagne, la plage ! ou presque car la jungle n’est pas loin. Le trajet en bus c’est plutôt bien passé. Vous aurez un petit article spécial transport. On s’est fait un copain-bébé-trop-choupi ^^

L’arrivée a été sous la pluie et on a eu la bonne idée de traversée à pied l’entrée de la ville. Du coup, nous avons payé 7000 pour 2. On découvrira plus tard qu’il suffisait de ne pas s’arrêter pour ne pas payer cette fausse taxe ! Grrrr !

On trouve notre hôtel un peu plus loin, que Kumis avait gentiment réservé pour nous. Wouahou, quelle chambre ! Salle de bain privative, un lit chacune, des draps propres, de la place … Le top !

Inès tenait à faire des activités dans les parages, mais il semble qu’avec la mousson, cela soit compromis. Il nous faudra décider au dernier moment afin de savoir si les sentiers sont praticables ou inondés.

Mardi matin, nous voilà donc levées de bonne heure sans avoir de programme pour la journée ! Gasp ! On nous dit, Ô joie, que la Green Vallée est ouverte, et c’est l’une des deux sorties qui l’interessait. Alors … En avant !

Nous voilà parties en scooter, l’une au volant, l’autre derrière le guide, pour une virée à travers les rizières, la jungle, de petits villages perdus, et un stop chez un sculpteur de marionnettes. Apparemment, c’est le meilleur de la région, et son travail est vraiment remarquable de finesse et d’authenticité.

L’activité du jour étant aquatique, nous n’avions pas pris nos appareils et on s’en est bien mordus les doigts !

Dégustation de noix de coco orange, de sucre étrange faisant penser à du sucre roux ou un genre de bonbon au miel qu’on mettrait dans du thé. Marion perd au passage l’une de ses boucles d’oreilles en or, et malgré l’aide de quelques habitants, elle est restée introuvable (Snif).

On repart direction Green Vallée ! Enfin arrivées, on comprend qu’en fait, c’est du body rafting dans une rivière qui serpente dans la jungle ! Sauf qu’on a pas pris de gilets de sauvetages, et que la cascade que l’on doit sauter pour démarrer nous semble bien haute ! Alors notre gentil guide fait demi-tour et va nous en chercher.

Et hop, à l’eau ! Après la première frayeur et une belle poussée d’adrénaline, c’est génial ! On se laisse porter par le courant, le nez en l’air et la caméra qui filme, on regarde passer oiseaux et papillons (et femme musulmanes qui sautent toutes habillées et voilées, et qui ont des lignes d’eau où s’accrocher car les indonésiens ne vivant pas près de l’eau ne savent pas nager !!). Bref, on adore !

Après une heure et demi dans l’eau, pause repas avec notre guide. On échange beaucoup, c’est un moment agréable, et il en ressort la jolie interview que nous vous avons déjà postée. Et oui, c’était Ipine notre guide 🙂

Sur le chemin du retour, il nous arrête dans un centre de préservation des tortues de mers, il nous montre les vestiges des maisons ravagées par le tsunami de 2006 et c’est impressionnant, il nous fait passer par une plage de sable noir avant de nous ramener.

Fiou ! Quelle journée ! Ce premier contact en temps que conductrice de scooter a beaucoup plu à Inès (même si, chuuut, c’était un peu un escargot 😛 ) On a faim ! Direction manger ! Au secours le Lonely Planet, où va-t-on ? Le restaurant Green Garden nous séduit, et grand bien nous en a pris : ils font les meilleurs jus de fruits frais qu’on ai bu jusque là !

Repus, retour hôtel, et K.O technique jusqu’au lendemain matin.

___________________

Mercredi matin, on ouvre un oeil, il est 10h. Woups, je crois qu’on a bien dormi …

Un banana pancake avec chocolat fondu englouti, on loue un scooter et on va visiter les alentours par nos propres moyens.

En résumé :

– Marché traditionnel, celui vers la gare routière principale est beaucoup mieux que l’attrape touristes du centre.

– Tour à l’orée de la réserve d’animaux : on y voit des biches et des « cerfs hurleurs », des varans, des singes … Ils ont eux aussi compris l’interêt de l’afflux des touristes : les poubelles sont pleines, et il n’y a plus qu’à se pencher pour manger !

– Recherche d’un restaurant pour midi : Chez Mama Cilacap, sur la « rive nord », où la spécialité est le crabe. On s’est lancées, mais il fallait le dépioter et ni l’une ni l’autre ne savait le faire … 2h dans le resto haha ! Mais très, très bon.

– Envie de se baigner, en route pour la plage. Mais il y a du monde, les femmes ici se baignent donc habillées, et ça ne nous incite pas à se baigner en maillots au milieu de tout le monde. On préfère un coin plus tranquille. Mais même si on est « seules », les hommes aux alentours arrêtent tous leurs activités pour nous dévisager. L’ambiance ne nous plaît pas, on se baigne et on rentre.

– On veut partir pour la prochaine ville, Jogjakarta, le lendemain. C’est cher de réserver depuis l’hôtel et on veut voyager à moindre frais. Le « haut gradé » nous dit qu’ils ont déplacé la gare routière de « JogJa » loin du centre et qu’il est plus simple de prendre leurs bus depuis la guesthouse (qui coûte le double de ce qu’on a trouvé). Pchhhht, Vade Retro Mr-je-veux-ma-com’, on se débrouille, quitte à se lever à 5h du mat’ ! Non mais ! Alors … Dodo !

 

_____________________________________

 

Jeudi levée 5h donc, pour prendre le bus qui part à 6h de la gare routière. Elle est à 15 minutes à pied, chargées des gros sacs, c’est largement faisable sans prendre de taxis ni de « Kecaks », les cyclos-pousses.

Le bus arrivera avec une heure de retard, et c’est un mini bus. Il est direct jusqu’à Jogjakarta, et nous coûte 150 000 Roupies pour 2 (au lieu de 300 000 Rp depuis Mini Tiga, la guesthouse).

Je m’endors au fond sur les sièges qui font banquettes, et Inès admire le paysage.

Réveil violent à 10h pour une pause pipi et manger. J’avais pris mes précautions pour les pauses pipi, ne rien boire et un médicament spécial, parce que 8h de bus sans pause, une fois, pas deux !!

L’arrivée étaient prévue à 16h, mais à 14h on nous signale qu’on est arrivées. Bonne surprise de la journée !

La gare est bien la bonne, elle n’a pas du tout été déplacée comme nous l’avait dit le « Mr-Com’  » de l’hôtel. Dooonc on a bien fait de se débrouiller ! Na !

Nous voilà donc à JogJakarta, la suite au prochain article !

Merci à tous de nous suivre ! 🙂