JogJakarta – Ile de Java – Indonésie

Jogjakarta ! Ou YogYakarta, au choix, ils le prononcent pareil.

Je disais donc, le bus est arrivé plus tôt. On cherche et trouve une chambre, au carrelage vert, c’est rigolo, on aime bien ^^

DSC_0645

Vue du bus

IMG_6020

La chambre à Jogjakarta

 

Un oeil dans le guide nous informe qu’il y a quelque chose que l’on a bien envie de voir, mais comme on y a fait des emplettes de Noël pour nos mamans, vous ne saurez rien ! Mwahaha ! (Patience, le colis est parti ce matin, toute une aventure, on vous racontera ! Il faudra juste attendre le 24 ^^)

Alors que l’objet de notre quête se trouve être fermé, un gentil Monsieur nous propose de nous servir de guide dans la ville, et nous le suivons de bon coeur. Il est vraiment adorable, nous fait passer dans les petites rues, s’amuse à nous poser des questions, et du coup nous aussi. Alors, l’interview arrive bientôt ! 🙂

DSC_0687

Notre guide improvisé !

 

IMG_5897

Batik

DSC_0694

Batik

DSC_0691

Outils pour faire un batik

DSC_0688

Rue de Jogjakarta

 

Un détour par une agence de voyage pour préparer l’excursion de Boroboudour, et on file à la recherche de nourriture !

La faim se fait sentir, on opte pour un restaurant du guide, et encore une fois, c’est une belle surprise. Le Bedot Resto est un bel endroit, avec des peintures de soleils et de lunes sur les murs, de geckos au plafond, une musique un peu psychédélique par moment, et de très bons plats à prix raisonnables.

IMG_5906

Repas au Bedhot

IMG_5905

Décors du restaurant

 

Encore une journée chargée donc ! Direction le lit, car demain, le réveil sonne à 3h pour profiter du lever de soleil sur le temple.

_______________________________

Dring driiiiiiing ! Nooon Réveil, laisse-moi dormir ! Je te méprise ! Quelle idée !

En plus, j’ai mal à ma côte, une que je m’étais déplacée en France, et déjà rafistolée. Ca va être pratique tiens. Enfin bon, Inès me masse un peu, me fait un super cocktail d’huiles essentielles, je m’étire, et en avant ! Je ne vais pas me laisser faire, surtout maintenant que je suis réveillée (enfin, presque …).

Notre guide, Abraham, nous attends. On lui explique mon petit problème, il me fait du vaudoo et un peu craquer, ça va mieux, parfait. Mais je reste derrière lui sur le scooter pendant qu’Inès conduit le sien. Heureusement qu’elle s’est entraînée à Pandangaran, c’était plus tranquille pour apprendre !!

Une heure de route plus tard, le ciel est nuageux, et notre guide nous explique gentiment qu’on ne verra rien, pas de « sunrise », désolé. QUOI !?! Je me suis levée, moi, la sudiste marmotte, pour RIEN ? Aaaaaah !
Heureusement que le marché est déjà en place et qu’il y a une mangue toute fraîche pour me calmer !

DSC_0696

Marché près de Borobudur

DSC_0697

Marion choisit le petit déjeuner !

DSC_0701

Marché près de Borobudur

 

Non je blague, mais bon, Inès a conduit de nuit, c’était pas forcément simple comme excursion, et on a été un peu déçues de ne rien voir. Mais malheureusement ce sont les aléas de la saison des pluies qui commence sur l’île de Java.

Cela dit, notre petit déjeuner avalé, l’ouverture des entrées du temple proclamée, nous entrons dans l’enceinte de Boroboudour.

A NOTER : Aux étudiants qui nous lisent, pensez à prendre vos cartes étudiants justement ! Le prix varie du simple au double sur simple présentation de ce précieux sésame – que nous n’avions pas … 240 000 Roupies par personne au lieu de 120 000 Rp si nous les avions eues, c’est assez déplaisant. Surtout qu’ils n’ont rien voulu entendre.

Nous sommes rentrée, donc. Le parc est magnifique, on nous fait porter un sarong, sorte de foulard traditionnel pour cacher nos jambes. Le temple est immense, s’élève sur 7 étages circulaires qu’il faut gravir en suivant les « cercles », de gauche à droite. Les bas reliefs sont saisissants de détails et de variété de scènes. Les statues de Bouddhas, de chiens mystiques ou d’autres personnages sont incroyables !

Et puis, tout en haut, les « cloches », où un Bouddha est assis en tailleur dans chacune d’elles. Avec la jungle à perte de vue derrière, c’est juste magique … On est restées sans voix, on s’est assises et on a regardé. Longtemps.

IMG_5974 IMG_5966

Puis on est reparties, un tour dans les musées du parc, où un ancien bateau utilisé pour transporter les pierres de construction est exposé, puis on est remontées sur les scooters pour aller vers Prambanan, ville réputée également pour ses temples.

Abraham nous prévient que c’est également payant et que le fonctionnement est le même. Il précise qu’il y a de plus petits temples disséminés dans la ville, et gratuits. On vote pour ceux là. Mais pour une obscure raison, il nous amène tout de même au grand.  On lui réexplique que notre budget ne suivra pas deux fois 240000 roupies en une journée, et qu’on préfère voir les autres.
On remonte sur les scooters, il nous arrête ailleurs dans un petit temple … payant ! Incroyable ! Il le fait exprès ou quoi ? Il commence à m’échauffer les esgourdes celui-là !

On réexplique, que non, on veut VRAIMENT voir un plus petit, gratuit.
Encore un tour de scooter et … Victoire !

Il nous arrête dans un petit village, nous fait marcher dans un minuscule sentier escarpé (à 14h, on a eu chaud …), on aperçoit quelques maisons et une ruine de temple, juste là posée sur la colline. On est toutes seules, juste des travailleurs derrière. C’est génial, on a réussi à sortir des sorties touristiques et en plus c’est beauuuuu !! Bonheur !

IMG_6009

Autour du temple

DSC_0810

Temple caché

DSC_0793

Le petit temple caché

 

 

Il est 15h, ça fait 12h que nous sommes levées, et il y a encore une heure de route pour rentrer, alors, on décide d’entamer le chemin du retour.
Arrivées sur Jogjakarta, la journée n’est pas terminée car ma côte me fait vraiment mal. Direction les hôpitaux pour voir ce qu’il se passe là dedans !

Le premier, international, nous informe que leur médecin le plus « haut gradé » est un dentiste. Et que sinon ils ont un service chirurgie pour les cas « désespérés ». Ah. Non mais ça va beaucoup mieux en fait c’est pas grave ! On me prescrit du doliprane local et une sorte de voltaren, pour un total de 4€ avec la consultation. Bon, ça va. La dame nous envoie dans l’hôpital local, car ils ont apparemment un centre de rééducation.

Scooter one more time, sous des trombes d’eau (sinon c’est pas rigolo !!), et deuxième tentative. Je m’enregistre, je passe en consultation : la salle est grande et les « chambres » sont de simples rideaux verts tendus, rien ne semble être aseptisés, et tous les malades attendent au même endroits histoire de se contaminer les uns les autres.
A mon tour ! Même constat, on ne peux rien pour moi, il ne faut pas que je fasse d’efforts, et on n’a pas de kiné désolé. Bon. Et bien, on va voir comment on organise la suite en fonction de ça !

Retour hôtel, enfin, une pause resto et un skype maman qui se termine en « craquage de nerf » pour cause de fatigue, de bobos, de grosse journée et de « home sick ».

 

Et ben, quelle journée !! Riche en émotions !! On est bien contente d’être allées voir ces temples, mais on est épuisées. On ne sait pas quoi faire pour la suite à cause de moi qui ne peut pas faire de trek, ni de rando, ni porter le sac trop longtemps … Désolée désolée ^^’

On décide de passer le jour suivant sur Jogja au lieu de partir pour faire une petite pause.

________________________________

J’ouvre un œil. Il fait jour. Le muelin m’a réveillée en sursaut à 3h du matin en hurlant dans mégaphone pour l’appel à la prière. Grrr.
Je regarde l’heure. 10h. Ah. Je crois bien que nous avions besoin de dormir !

Après le petit déjeuner, nous partons en quête d’informations pour notre prochaine destination : le volcan Bromo ! Mais c’est une grosse rando et je ne me sens pas en état de gravir cette montagne. On réfléchi, et on opte pour la plage, sur l’île de Bali. Les trains pour y aller sont tous complets sur 3 jours d’affilés, arg ! Même ceux des destinations proches ! Double arg ! Pas grave, on va prendre un bus. On comprend qu’il y en a un qui part à 2h du matin et qui arrive à 8h là bas. Parfaiiiiiit ! On vote pour celui là, cela nous laisse le temps de faire quelques emplettes et de nous reposer un peu.
L’agence où nous sommes allées pour Boroboudour propose le même bus un peu plus cher, mais avec un chauffeur qui vient nous chercher au bout de la rue et qui nous amène directement au « big bus ». Adjugé !
Mais petit hic … Il part en fait à 14 h, voire même 13h ! Il est 11h30, et il faut compter 30 minutes de navette, les sacs ne sont pas faits, le check out non plus, les emplettes obligatoires non plus, c’est la panique !
On le réserve quand même, Inès part faire quelques courses pendant que je boucle les sacs à la vitesse de la lumière, on se retrouve dans a chambre à 12h30, pile poil quand le chauffeur vient nous chercher, ouf !

On le suit jusque dans la rue principale où il nous dit d’attendre là et … disparaît. On patiente, 5 minutes, 10 minutes, 15 … Mais il est où bon sang ?!
Un autre homme nous fait signe de monter dans sa voiture, mais on commence à les connaître les taxis qui t’emmènent à prix d’or 20 mètres plus loin, on ne bouge pas.
Notre chauffeur ne donne toujours pas de signe de vie, il est 12h50, on va rater le bus !!
Je retourne à l’agence.
Abraham nous dit que si, si, il est juste parti chercher la voiture, il revient. Je retourne avec Inès. Toujours rien. In-croy-able.
Et je vois Abraham dans la petite rue (le gang), arriver vers nous, téléphone en main : « Mais il est là votre chauffeur, il vous attend depuis 20 minutes, il vous a fait signe, allez y ! ». Pardon ? Notre chauffeur, reconnaissable à sa chemise bleue sale et édenté, n’est jamais réapparu hein …
« Mais non, c’est lui que vous devez suivre ! » dit-il en indiquant le faux taxi. Mais … mais … Mais COMMENT VEUX-TU QU’ON LE SACHE !?!
On grimpe rapidement, notre nouveau chauffeur joue à « Fast and Furious » dans les rues pour nous permettre d’arriver à temps, et Ô Miracle, nous voilà à bord du « big bus », en route vers Bali !

 

_____________________

 

Ici se clos l’épisode Jogjakarta, qui fut cours mais intense et riche en émotions.

Les quelques jours de repos qui nous attendent nous font envie, et nous avons hâte d’arriver à la ville suivante.

La suite au prochain épisode !